Poulet façon réunionnaise cuit à l’eau et lait de coco.

Une recette de poulet aux saveurs épicées, une cuisson à l’eau qui permet de conserver la saveur des ingrédients.

Ingrédients :
Huile d’olive.
Blancs de poulet
1 cuillère à café Curcuma
½ cuillère à café Gingembre moulu
1 feuille de laurier
1 oignon
4 tomates mures
1 poivron vert
Eau
Sel, Poivre
Lait de coco (1 grand verre)

Couper les blancs de poulet en dés.

Dans une cocote faire revenir le poulet dans un peu d’huile et laisser colorer.
Verser de l’eau à mi-hauteur de la viande.
Ajouter une ½ cuillère à café de gingembre moulu et une cuillère café de curcuma.
Ajouter une feuille de laurier.
Laisser cuire à petit bouillon pendant ½ heure et remuer régulièrement.

Emincer les oignons.
Emincer le poivron.
Couper les tomates en dés.

Après ½ heure de cuisson.
Verser les tomates, les oignons et les poivrons dans la cocotte.
Verser le lait de coco et mélanger le tout.
Saler et poivrer
Si vous aimez les sauces épicées ajouter du piment moulu ou un piment oiseau sec (attention à bien le garder entier et à le sortir avant de servir).
Continuer la cuisson pendant ½ heure et remuer régulièrement.

Si vous trouvez la sauce vraiment trop liquide en fin de cuisson, ajouter un peu de maïzena

Servir avec du riz blanc.

Poulet_facon_R__union.JPG

Nous nous sommes tous régalés et c’est aussi bon réchauffé.

3 commentaires sur “Poulet façon réunionnaise cuit à l’eau et lait de coco.

  1. Descendant d’esclave, je suis réunionnais et fier de l’être; et j’ai vécu 35 ans à la Réunion afin de venir m’installer à Paris et je n’ai jamais entendu, jamais vu et donc encore moins jamais manger de “Poulet façon réunionnaise cuit à l’eau et lait de coco”. Je vous serai donc très reconnaissant de bien vouloir vérifier vos sources avant de faire croire qu’une recette est de telle ou telle autre origine. Ce qui est sûr c’est que celle-là n’est pas réunionnaise (sûrement mahoraise; puisqu’à Mayotte on utilise beaucoup le coco dans la cuisine)…

  2. Bonjour Bernard, merci pour les précisions, pour infos j’ai pris cette recette dans un livre de cuisine et je l’ai retrouvée sur internet. Merci.

  3. Juste une question concernant Bernard : en quoi est-ce intéressant de mentionner que vous êtes descendant d’esclave ? Je veux dire, avez-vous souffert de l’esclavage ? Pourquoi le revendiquer ? Les combats de nos ancêtres leur appartiennent, et nous ne devons tirer aucune “gloire” ou revendication de ceux-ci. Être descendant d’esclave (et je le suis) ne fait pas de vous qqu’un de meilleur, de plus juste, de plus éclairé, donc le revendiquer ne sert à rien, si ce n’est vous forger un bouclier pour barrer toutes les remarques, amicales j’entends, que l’on pourrait vous faire. Essayons simplement de vivre le présent avec ce qu’il nous offre, chassons le mal, faisons le bien du mieux que nous pouvons. Ce sera déjà salutaire.

    Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.